MUSICA INTERNATIONAL, mars 2016
LE COUP DE C(H)ŒUR DE MARS 2016 « In Jail, Thinking to Camille » de Jean-Christophe Rosaz
… À Régine Théodoresco et Calliope Voix de femmes…

CLASSICA, octobre 2015
« … Le chœur féminin Calliope – Régine Théodoresco aux sonorités lisses et vaporeuses saisit admirablement les atmosphères évanescentes et fin de siècle dont le jeune Kœchlin entoure les poésies… »

DIAPASON, septembre 2015
« … enfin, la voûte céleste des étoiles échoient au chœur de femmes, dont les voix se divisent pour briller quand elles ne fusionnent pas en une belle monodie immobile, éternelle… »

DIAPASON, octobre 2014
« … Théodoresco met le cap sur l’Angleterrre de GUSTAV HOLST… ces miniatures finement harmonisées et caractérisées par un coloriste subtil sont abordées avec musicalité par l’ensemble vocal lyonnais… »

LE PROGRÈS, août 2012
« … Les voix jaillisent, explosent, envahissent l’église et ne laissent personne indifférent. Les spectateurs ont longuement applaudi avant d’ovationner à la fin de la représention cette chorale professionnelle lyonnaise qui les a enchantés et sublimés pendant une heure. »

LE PROGRÈS, juin 2012
« …Avec quelques moments magiques, quand les voix se répondent autour de la place du Tilleul et dans les voies étroites de la commune ou bien vers l’entrée de l’église où les spectateurs sont invités à patienter en écoutant psalmodier « Faites entrer mon âme au paradis »… Les quelques 200 spectateurs ne s’y sont pas trompés, muets d’admiration, mais pas avares d’applaudissements. »

DIAPASON, février 2008
« … Un regilaul de l’Estonien Veljo Tormis permet au chœur d’exposer sa liberté vocale et son joli grain. Un disque agréablement jalonné par les quatre chœurs de Maurice Ohana, dont Calliope honore toute la force évocatrice sans jamais verser dans l’illustration… »

Vic NEES, compositeur, 2008
« …Vous m’avez fait un plaisir énorme en consacrant un concert entier à mes œuvres… l’exécution du programme a été d’une qualité vraiment supérieure, grâce aux qualités vocales de Calliope, certes, mais surtout grâce à votre talent d’interpréte…. »

Geneviève VIDAL, poétesse, 2008
« … votre prestation m’a touchée, en particulier la mise en chant et musique de la poésie … avec mes félicitations pour la tenue et la rigueur de votre direction.. »

L’ENA Hors les murs, juin 2007
« … Et lorsqu’il s’agit d’un chœur de femmes, en l’occurence, Calliope, sous la direction de Régine Théodoresco, les hymnes interprétés, d’Ave Maria en Salve Regina, de Magnificat en Serena Virginum, parviennent à nous faire presque toucher du doigt – tant ces voix pures et sensuelles délectent nos oreilles – ce qu’il y a de divin dans l’humain… »

J.R., Ouest France, juillet 2006
« … Ce soir, la grande homogénéité des voix dans la rigueur semble être ici le maître mot, associée à la clarté architecturale, exalte un maximum d’émotion… / Le talentueux chœur a révélé de superbes qualités, tant dans la plénitude calme de l’Ave Maria d’Andriessen ou du joyeux Regina Coeli de Busser. Les superbes voix sont puissantes et poussées à leurs paroxismes, posées sur un souffle sans faille, et les douze choristes sont irréprochables… »

Gérard Corneloup, Le figaro, 9 mars 2006
« … S’il fallait une preuve des qualités acquises en quelques saisons par l’ensemble Calliope, alors le concert donné par les chanteuses de ce chœur féminin interprétant des partitions de compositrices a fait affaire… /… Les qualificatifs liés au plaisir procuré par l’interprétation des chanteuses, de ceux que l’on n’emploie que rarement, seraient de mise. Il est vrai que Régine Théodoresco à l’œil à tout dosant parfaitement l’injonction et l’inflexion… »

Le Monde de la Musique, disque « Un flot d’astres frissonne » (2007)
Caplet/Chausson/Debussy/Fauré « La musique pour chœur de femmes au XX° siècle est un genre assez peu connu au style fait de pureté, de légèreté et de sérieux tout à la fois. On navigue entre la mélodie et la musique sacrée, entre l’opéra et le charme incontestable de la musique française au début XX°. »

Classicstoday.com, disque Ave Maria (2005)
« Voici un disque intelligent et bien ficelé… Intelligent, parce que, dans la recherche de compositions mariales, les interprètes n’ont pas hésité à puiser , outre les classiques, dans le répertoire contemporain… On admirera la belle couleur d’ensemble, le chant sans afféteries, l’alchimie de timbres complémentaires. Ce disque nous propose un périple original et de haute tenue, magnifiquement interprété. »

Classica, disque Haydn (2002) Ferveur et volupté.
« Une lecture pleine de panache qui oscille entre piété et sensualité comme si le refus du compositeur de choisir entre austérité et lyrisme trouvait dans cette interprétation une réelle correspondance. »

Le Monde de la Musique, disque Florent Schmitt (2001)
« Calliope se joue des difficultés accumulées le long de ces pages. Le dynamisme des chanteuses et de leur chef fait merveille et transforme ce qui pourrait paraître comme des exercices périlleux en instants musicaux convaincants. »

Classica, disque Poulenc (2000)
« La souple direction et la qualité vocale de l’ensemble sont fascinantes. Ces voix ont l’élégance, la finesse et la violence passionnelle « amoureuse » requise par ces pièces. »

Classica-répertoire, disque Poulenc (2000)
La violence passionnelle ! « Il y a dans ce disque un culte du piano, du pianissimo, qui se montre dans ses capacités les plus extrêmes, et puis un détachement presque désenchanté. Mais aussi la générosité la moins mesurée, la fougue, le chant, la douceur. Cela s’appelle le talent, cela s’appelle le charme… » « Ces « musiques mariales françaises » nous révèlent 25 partitions dédiées à la Vierge Marie, de Marcel Godard à Roger Calmel, en passant par Gabriel Pierné et Jean Langlais. Eventail large où s’expriment à travers une même « foi mariale » des tempéraments mystérieux, simples ou naïfs. Mieux qu’une anthologie : un rosaire en miniature. »